Transit • 06

Le carrousel du pionnier, « L’attrape-cœur »

Cette installation invite le visiteur à entrer dans la ronde de l’intime. Un léger rideau rouge, mobile suspendu, ayant deux ouvertures de part et d’autre permet d’accéder à un espace où le visiteur se retrouve vite prisonnier et entraîné dans cette ronde aux souvenirs. Au centre de l’installation, sur une table ronde est disposée une robe noire d’enfant faisant office de nappe. Sur cette robe de deuil d’une enfance volée par le régime est brodé un coeur anatomique aux trois couleurs du drapeau national roumain : rouge, bleu et jaune. À ce coeur brodé est épinglée une montre bijoux dans lequel est enfermée le souvenir : l’emblème de pionnier que l’on portait enfant tout « près du coeur ».
L’installation symbolise l’embrigadement de la jeunesse privée des vraies joies de l’enfance et de son insouciance. Les enfants, sont toujours dans l’attente d’une promotion au sein des organisations des jeunesses communistes, voient leur coeur battre au rythme de cette ascension sociale.
En regardant le dispositif, le spectateur a très vite un sentiment de vertige. Un dispositif mobile permet au rideau rouge par lequel on entre dans l’installation de tourner légèrement. Ainsi, l’entrée change de place dès qu’elle est franchie et on a l’impression que tout l’espace bouge autour de nous ; que l’on ne pourra jamais sortir de cette spirale dans laquelle nous a poussés notre curiosité de regarder les objets brillants disposés sur la table.

< Avant-propos

< La figure frontale

< Le procès

< Gazeta de perete

< Stand de tir

< Kiosque à souvenirs