Ailleurs c’est ici

Pour OÙ lieu d’exposition pour l’art actuel, Elena Costelian prend le contrepied du nom donné au lieu d’exposition et propose une performance installation » Ailleurs c’est ici » . Le titre du projet fait référence à une réfexion de Marguerite Duras à propos du flm India Song. « Calcuta c’est ici. C’est souvent pas la peine d’aller la-bas, d’aller chercher l’exotisme et souvent on ne le trouve pas. On ne fait que se transporter dans l’exotisme mais on ne rend pas en compte. C’est comme les voyages, c’est la plus part du temps des faux voyages. Il n’y a de voyages que en profondeur. » La performance propose de retranscrire des itinéraires au hasard, des rencontres dans Paris. Paris une rencontre improbable entre le surréalisme d’André Breton, le hasard de Marcel Duchamp et les dérives situationnistes de Guy Debord. Que reste-t-il de ce Paris là, du Paris des surréalistes, de la bohème de dada et de La société du spectacle ? Y a t-il encore du manifeste dans Paris ? » Paris est une ville de transit que j’ai souvent traversée sans jamais m’y être vraiment arrêté. C’est une ville à l’image d’une gare. Un lieu de passage, une ville régie par un principe d’orientations de terminus oscillant entre gare du Nord, gare de l’Est, gare de Lyon, Saint Lazare et Montparnasse autant de lieux où ses textes ont été écrits, autant de rencontres et de prétextes à l’écriture. »